Quand Bauche n’était pas encore avec Fichet

Passionné par la Grande Guerre et administrateur du blog « Photos1418.blogspot.fr« , Daneck Mirbelle cherchait à localiser une photo faite dans les ruines de Reims pendant la Première Guerre Mondiale. (Voir ci-dessous)

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

 

 

Cette photo montre la destruction d’un immeuble mais à gauche le magasin à l’enseigne « Coffres-Forts BAUCHE » est, quant à lui, intact.

Après quelques séances de « remue-méminges » sans résultats mais me laissant toujours sur une impression de « déjà vu », et beaucoup de recherches dans les cartes postales, la solution est enfin apparue : C’est rue de Vesle !

La vue est prise depuis la rue Saint-Jacques, renommée aujourd’hui Rue Marx Dormoy. Le bâtiment détruit est le magasin SINGER et il a fait l’objet de plusieurs cartes postales.

Voilà la suite en images et faites attention à l’organisation des gravas :

  • Cette première carte postale est datée 1914, la maison BAUCHE est sur la gauche comme l’indique la flèche. Les pierres et éboulements sont tels qu’ils étaient après le bombardement. Les deux cheminées dans le fond sont debout.

 

  • La même vue sur le site de la BDIC- fond Valois. Certainement la photo d’origine. Elle est datée 1915 (?). (Cliché Agence Meurisse)

 

  • Sur cette carte également de 1914, les gravas commencent à être « rangés » et les deux cheminées sont encore debout.

 

  • La photo de Gallica qui suit est la photo d’origine qui a servi à faire la carte postale ci-dessus. (Cliché Agence Rol) 1914

  • La carte suivante est plus intéressante pour ce qui concerne le magasin BAUCHE : le photographe est placé dans la rue de Vesle (et non plus rue St-Jacques) et nous permet de voir la façade avec les inscriptions sur la vitrine. Notez que l’expéditeur de la carte a rajouté dans le bas les noms des magasins sur la photo, même si deux d’entre-eux sont détruits. Il n’y a pas de date sur la carte postale, elle a voyagé en 1917 mais elle a certainement été éditée avant car les gravas sont tels que sur la première carte de 1914.

 

  • Sur la carte ci-dessous, le photographe rémois et éditeur : Georges Dubois, a choisi de montrer l’autre côté des destructions et il énumère les magasins détruits. Par contre on peut penser que la photo a été faite en 1916 mais vu l’état des éboulements et gravas, il semblerait, là aussi, que le cliché date de 1914 ; la carte a peut-être été publiée quelques années après la prise de vue…

 

Alors de quand date la photo de Daneck ? Revenez au début : les pierres éboulées sont rangées dans un alignement parfait et les cheminées ont été abattues. Peut-être début 1917 ou fin 1918-début 1919, étant donné que la ville a été entièrement évacuée de mars 1918 jusqu’à septembre-octobre 1918…

Voilà le même secteur aujourd’hui :

Et si on revenait sur notre entreprise BAUCHE (en quelques lignes) :

  • 1825 : Alexandre FICHET ouvre une serrurerie à Paris.
  • 1864 : Auguste-Nicolas BAUCHE, expert en matériaux ignifugés, crée sa première usine de production de coffres-forts à Gueux, près de Reims.
  • 1879 : L’entreprise FICHET construit sa première chambre-forte bancaire comprenant des coffres de dépôt à louer. BAUCHE se livre à une expérience exceptionnelle en prenant le risque d’enfermer l’équivalent de 100.000 francs dans un de ses coffres avant de le soumettre de manière répétée à l’épreuve des flammes. Les billets de banque en ressortent intacts.
  • 1895 : Le nouveau modèle BAUCHE de coffre ignifugé et blindé s’avère un succès international.
  • 1917 : Une nouvelle usine FICHET ouvre ses portes à Sens, suivie deux ans plus tard par de nouveaux établissements en Italie, Argentine, Espagne, Belgique, Roumanie et Brésil.
  • 1967 : Après de nombreuses années à l’avant-garde de leurs secteurs respectifs, les entreprises FICHET et BAUCHE fusionnent. (Source : Wikipédia)

Et n’oubliez pas de visiter le « blog de Daneck 14-18 en Images » =>Cliquez ICI

3 Comments

  1. Veronique dit :

    Superbe article !

  2. Dan Eck dit :

    Bonjour et merci beaucoup pour cet article et pour cette recherche qui montrent que l’on peut collaborer pour produire de belles choses.

    Daneck

    1. Béatrice Keller dit :

      Bonjour et merci à vous. Il y a quelques autres de vos photos que je pourrai utiliser, je vous tiens au courant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *