La porte du Chapitre, un article d’Olivier Rigaud

paru dans le Bulletin d’Amicarte 51 en 1995

Olivier Rigaud (1947-2013), architecte DPLG, fut urbaniste à la ville et à la communauté d’agglomération de Reims Métropole au sein du service d’urbanisme. Son influence déborda largement le cadre de ses activités professionnelles. Il fut l’un des rares spécialistes de l’architecture de la reconstruction de Reims qu’il s’efforça non seulement de protéger mais aussi de mieux faire connaître. Source : Wikipédia

Voir notre page Facebook : « La porte du Chapitre : pour son ravalement »

Les Monuments Baladeurs
LA PORTE DU CHAPITRE

Au Moyen -Age, la cathédrale de Reims comme toute ses semblables fait partie d’un ensemble d’édifices constituant l’enclos cathédral : à l’édifice cultuel s’ajoute un hôpital, l’hôtel-Dieu, situé à l’emplacement du palais de justice, le palais de l’archevêque, actuel palais du Tau, et sur le côté gauche et derrière l’église se situe le chapitre abritant à l’intérieur d’une clôture les maisons des chanoines.

Tous les soirs cet ensemble, un peu similaire aux béguinages que l’on peut trouver dans le nord de notre pays ou en Belgique est fermé. L’accès principal côté ville s’effectue par une porte qui prend logiquement le nom de porte du chapitre.

La Porte du Chapitre après la GuerreLa porte que nous pouvons encore voir aujourd’hui est l’un des rares vestiges de ce chapitre. Elle date de 1531. Au cours de la guerre de 1914-1918 le bâtiment, rendu à la vie civile depuis la révolution, fut détruit dans ses parties intérieures mais la façade en subsista.

La rue Camot, route nationale 51 devant être élargie des deux côtés, deux solutions pouvaient s’envisager pour le devenir de cet édifice : ou bien on le laissait à son alignement primitif et les piétons le traversaient dans sa largeur, comme l’on passe sous les bâtiments de la place Royale au début de la rue Carnot, ou bien on reculait la façade de 4 mètres comme on le fit également pour l’hôtel de Bezannes cours Langlet. La première solution fragilisant par trop la construction, c’est le démontage-remontage qui fut retenu.

Chaque pierre fut numérotée et déposée (on peut encore voir ces numéros au revers du portail) puis le bâtiment fut remonté, on ajouta aux tourelles des poivrières depuis longtemps disparues et l’on remonta un petit immeuble derrière cette façade et sur la droite de celle-ci.
Olivier RIGAUD

Maison à tourelles et porche formant la porte du Chapitre

Porte du Chapitre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.